Indiquez votre adresse e-mail et soyez au courant des dernières tendances, des réductions et des conseils pour rester au top !

Inscrivez vous à la newsletter pour être au courant des dernières tendances.

La technologie Air qui fait voler Nike

Posted on 118

Sans aucun doute la révolution la plus célèbre de l’univers de la sneaker, la technologie Air fait le bonheur de Nike depuis presque 40 ans. Mais si aujourd’hui associer la bulle d’air apparente à la marque au Swoosh est naturel, l’histoire aurait pu être bien différente. Asseyez-vous, on vous raconte tout !

 

Une technologie révolutionnaire

Si la petite (ou grande) bulle d’air est aujourd’hui entrée dans les mœurs, il faut bien comprendre toute la révolution qu’elle a représenté dans le sport des années 80. Composée d’une capsule en polyuréthanne gonflée par un gaz incompressible, sous une pression de 1,7 bar, cette technologie permet à la semelle de prendre une forme adaptée lors de la foulée avant de reprendre immédiatement sa shape initiale. Une souplesse et un amorti qui se posaient, à l’époque, comme le must-have du marché.

 

Le jour où Phil Knight a failli faire l’erreur de sa vie

Si vous ne le savez pas encore, l’entreprise de l’Oregon, malgré sa longue histoire, n’est pas à l’origine de la technologie Air. C’est du côté de l’aéronautique, et plus particulièrement à la NASA, que le célèbre « coussin d’air » a vu le jour suite au travail de Frank Rudy, ingénieur chez le géant américain. Conscient du potentiel de cette technologie et de son adaptation possible au monde du sport, l’homme est parti, schémas et prototypes en mains, présenter son projet aux plus célèbres marques de sport. Et c’est un euphémisme de dire que son plan ne s’est pas déroulé comme prévu tant les portes se sont fermées devant lui. Doux rêveur pour certains, charlatan pour d’autres, comme le confessa Phil Knight plus tard, Marion Frank Rudy vu finalement son rêve se réaliser suite à un appel salvateur de Jeff Jonhson, ingénieur chez Nike, qui fit comprendre au patron de la marque au Swoosh tout le potentiel de cette innovation.  Convaincu, l’ancien perchiste de l’université de l’Orega fit finalement marche arrière pour réaliser, sûrement, le meilleur choix de sa carrière en 1979 en acquérant le brevet

Frank Rudy, ingénieur à la NASA, Tailwind en main

Cachez ce coussin d’air que je ne saurai voir

Ni une ni deux, Nike développa un département spécialisé dans l’amorti et sorti la Tailwind, premier modèle à être équipé de la technologie Air. Le succès fut tel chez les professionnels du running, qui louaient son confort incomparable, que la firme américaine décida d’adapter la semelle Air à d’autres sports. Le basket-ball fut l’heureux élu et la Air Force 1, surement la plus célèbre basket du monde, vit le jour en 1982. Surfant sur cette véritable réussite et conscient de l’énorme potentiel de ce brevet, Nike développa de manière conséquente son « Cushioning Department ». L’arrivée du fameux Tinker Hatfield en tant que designer en 1985 boosta encore plus la popularité du géant de l’Oregon en développant la Air Trainer 1, la première vraie basket multisport pendant que la mythique Air Jordan 1 débutait une histoire d’amour – très juteuse – entre l’ancien numéro 23 et Nike. Si toutes ces paires se sont tout de suite créées une véritable clientèle chez les sportifs professionnels, elles peinaient à toucher les masses. Leur point commun ? Le coussin d’air dont elles sont dotées est intégralement recouvert d’une semelle en mousse. Alors comment convaincre les clients que Nike ne leur vend pas du vent, mais de l’air ? Deux mots, 14 lettres, Tinker Hatfield.

 

Mais où va s’arrêter la bulle ?!

On ne va pas vous réécrire l’histoire de la création de la gamme Air Max. La chose à retenir est que Tinker Hatfield est l’homme qui a permis à la technologie Air de vivre son véritable envol. En créant la Air Max 1 en 1987, le designer a fait de la Air-Sole la véritable star des paires Nike et par la même occasion convaincu les amateurs de l’innovation technologique qu’on leur proposait une innovation concrète. Une belle manière de mettre un coup à la concurrence et s’imposer comme LE leader d’un marché extrêmement dense.

L’unité Air-Sole fait son apparition sur la Air Max 1

Si l’upper des nouveaux modèles est, à chaque Air Max Day, au cœur des attentes des aficionados de la marque, l’un des autres points d’intérêt est sans conteste la place que prendra la semelle intermédiaire. Si la petite unité d’Air de début a vite pris ses aises pour s’installer sur 270° sur la 93, s’inviter sur le devant du pied sur la 95 puis recouvrir toute la longueur sur la 97, elle s’est totalement réinventée sur la Vapormax avant de prendre de la hauteur sur la 270, le nouveau bijou de Nike.

La Air Sole prend ses aises

 

Quelques modèles qui ont fait l’histoire de la technologie Air Max

  • La Tailwind :

Premier membre de la longue famille des « Air », la Tailwind était dotée d’une Air Sole dissimulée dans une semelle en caoutchouc. Crée en 1979 pour les pratiquants de running, ce modèle se vendait comme un expert de l’amorti et de l’absorption des chocs. Un succès retentissant chez les professionnels qui confirma le potentiel de la technologie Air Max.

La première paire à être équipée de la technologie Air

  • La Air Force 1 :

Véritable star du monde de la sneaker, la Air Force 1 créé en 1982 par Bruce Kilgore est surement la paire qui aura le plus marqué l’histoire de la marque au Swoosh. Commercialisée dans plus de 1700 version, l’enfant chérie de Phil Knigh a tout d’abord conquis les terrains de basket-ball grace à sa tige souple et sa semelle extérieure comportant des points de pivot circulaire, avant de devenir la reine de la rue.

La Air Force 1 ne nécessite même plus de présentation

 

  • La Air Max 1 :

Premier modèle de la gamme la plus célèbre de l’univers basket, la Air Max 1 de Tinker Hatfield est la première à présenter une unité Air visible. Inspirée du centre Pompidou, la AM1 est, encore aujourd’hui, l’une des baskets les plus cotés de la marque de l’Oregon. C’est d’ailleurs pourquoi elle est le modèle préféré des collabs en tous genres.

Une paire révolutionnaire sortie tout droit de l’imagination de Tinker Hatfield

  • La Air Max 180 :

Si elle n’est pas la plus connu du grand public, la Air Max 180 est un classique des sneakeraddicts, en témoigne sa réédition OG lors du dernier Air Max Day. La véritable innovation de cette paire ? Sa bulle d’air en contact direct avec le sol. Une prouesse technique, et surement le premier modèle où l’unité Air attire tous les projecteurs, depuis la AM1.

La 180 dans son colori OG Ultramarine

 

  • La Air Max 93 :

Présente aussi lors du dernier Air Max Day, la Air Max 93 était officieusement appelée « 270 » par ses créateur. La raison ? Sa sublime unité Air visible sur 270° au niveau du talon. Elément star de la paire, la technologie Air semble prendre de plus en plus de place dans les créations Nike.

Le colori Dusty Cactus de cette AM93 est devenu très populaire

 

  • Les Air Max 95 et 97 :

Totalement revenues sur le devant de la scène sur les dernières années, les AM95 et AM97 ont totalement révolutionné la gamme Air Max en donnant une liberté presque totale à la semelle Air. Là où seul le talon était doté de cette technologie, l’avant du pied vient réclamer son dû sur le modèle de 1995 quand celui créé deux années plus tard se voit, lui, équipé d’une Air Sole sur toute la longueur du pied. Une véritable révolution.

La Air Max 97 Silver Bullet est au top de la tendance

 

  • La Air Vapormax :

Modèle événement du Air Max Day 2017, la Vapormax a amené la technologie air dans un nouveau monde. Fini les unités Air entouré de caoutchouc, cette fois si la semelle entière est composée de capsules de gaz. Un nouveau modèle en réelle coupure avec ses grande-sœurs. Elle transmet surtout un message, la technologie Air se suffit à elle-même !

La Vapormax vole sur un petit nuage d’Air

 

  • La Air Max 270 :

Dernière création en date de Nike et découverte peu de temps avant le Air Max Day 2018,  la Air Max 270 met elle aussi la bulle d’Air à l’honneur en la rendant visible sur 270° – oui c’est logique – mais, et c’est là toute la magie du modèle, votre talon va prendre de la hauteur puisque l’unité visible s’élève sur… 32mm ! Un record pour une basket Nike ! Encore une fois, la vraie star de cette paire, c’est la Air Sole !

La 270 Dusty Cactus était LA star du Air Max Day 2018

No tags

Partager cet article

Pas de commentaires.

Laissez votre commentaire?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *