Indiquez votre adresse e-mail et soyez au courant des dernières tendances, des réductions et des conseils pour rester au top !

Inscrivez vous à la newsletter pour être au courant des dernières tendances.

Les baskets, ces acteurs de l’ombre

Posted on 172

Star des rues, les baskets sont également des objets très prisées dans le monde du 7ème art. Difficiles à déceler ou clairement mise en avant, les sneakers les plus célèbres de l’histoire sont depuis longtemps un accessoire à part, tant leur place dans la pop culture peut apporter à un film le succès recherché. Pour vous, on a fait un top 15 des films mettant à l’honneur les plus beaux modèles ! Place à vos lecteurs cassettes pour essayer de les retrouver !

15. Les Rivières Pourpres – Nike Air Jordan IV Retro Bred

La paire est une véritable star chez les sneaekerheads

Bon, on commence doucement avec les Rivières Pourpres de Mathieu Kassovitz. Le film événement sorti en 2000 met en scène Jean Reno et Vincent Cassel dans un thriller à couper le souffle. Mais surtout, pour les besoins du long métrage, le frenchie chouchou d’Hollywood portait… des Nike Air Jordan IV Retro Bred. Une petite paire qui coûte la bagatelle de 450$. Pas étonnant pour cette véritable merveille sortie en 1999 et revisité en 2008, 2012 et 2017. Sneakers, Monica Bellucci, Tina Kunakey, il n’y a pas à dire, notre Vincent national a de très très bon goût !

14. Blade Runner – Adidas Official de Rick Deckard

Blade Runner, The Ladd Company, 1982

Aller, on ne va pas se mentir, on a toujours déjà rêvé une fois de prendre la place d’Harrison Ford pour botter les fesses de Roy Batty aux côtés de Rachel. S’il a marqué toute une génération, le Blade Runner du célèbre Ridley Scott (Alien, Gladiator, Seul sur Mars) n’a pas laissé non plus indifférent adidas qui a décidé de lui créer une paire de Stan Smith spécialement pour le film. Avec une empeigne totalement noire, la mythique basket aux 10 anecdotes n’est pas passée inaperçue aux pieds d’Indiana Jones. Célébrité quand tu nous tiens !

13. Boyz’n the hood – Nike Air Flow Blue/ Cherry

La modèle est sorti en 1989

1991, période assez noire pour les banlieues américaines où les inégalités règnent et où gangs, règlements de comptes et décès pullulent. Boyz’n and the Hood de John Singleton baigne dans ce contexte difficile en mettant en scène Cuba Gooding Jr (Tre), rêveur retenu par la dure réalité. Mais les 90’s sont aussi l’âge d’or de la culture hip hop et donc de la sneaker ! Ce long métrage n’échappe pas à la règle puisqu’on peut apercevoir le personnage principal Nike Air Flow Blue/Cherry aux pieds. Ce modèle sorti en 1989 n’est pas le plus célèbre de la marque mais était ressorti dans son coloris « OG » en 2012. Si cette paire est la véritable basket star du film, elle est surtout loin d’être la seule. Nous en tout cas, on l’adore !

12. The Goonies – Nike Sky Force HI

The Goonies, Amblin Entertainment; 1985

Ah ! The Goonies, toute notre enfance ! Si vous n’avez pas connu ce petit chef-d’œuvre de Spielberg -un réalisateur presque anonyme – petit retour en arrière. Nous sommes en 1985, les Goonies, une bande de gamins, Mikey en tête – joué par Sean Astin, alias Sam Gamegie – trouve une carte menant au trésor du pirate Willy le Borgne. S’ensuivent action et rebondissements. Très importante référence chez les plus jeunes de l’époque, ce film est également connu pour la présence des Nike Sky Force HI aux pieds d’un des bambins. Quelque peu dans l’ombre de la Dunk, ce modèle sorti en 1983 tenait là son heure de gloire. Petite particularité, le prototype du film était monté sur ressorts. De quoi faire clairement monter la côte de la sneaker dans le cœur des plus jeunes.

11. Georges de la Jungle – Nike Air More Uptempo

Georges de la Jungle, Walt Disney Pictures, 1997

Clairement, Georges de la Jungle n’aura pas sa place au Panthéon du cinéma, et personne ne nous contredira là-dessus. Mais nous ne sommes pas là pour juger la pellicule de 1997 de Sam Weisman, mais plutôt de son influence sur la basket culture. Et là, le placement de produit made in Nike est presque légendaire. Sans grossir les traits, si Nike sortait les images de leur contexte et les claquait à la télé entre le journal de 20h et la météo en tant que pub, l’illusion serait parfaite ! En plus, cette Uptempo a une allure folle. Un grand moment de cinéma !

10. Terminator – Nike Vandal

Terminator, Hemdale Film Corporation, 1984

ALERTE PRUDENCE ! Si un jour vous voyagez dans le passé, sachez que vous ne pourrez pas emmener vos sneakers préférées avec vous ! C’est le dur constat que Kyle Reese, père de John Connor – notre sauveur – va rapidement faire. Et comme se fritter avec Arnold Schwarzenegger n’est déjà pas le truc que tu préfères faire en te levant le matin, partir en guerre à pieds nus aurait été compliqué pour le voyageur. C’est pourquoi le personnage joué par Michael Biehn va entrer dans une boutique pour voler… des Nike Vendal. Pour une novice de la sneaker, le choix n’est pas mal, et le buzz immédiat ! À tel point que Nike a ressorti le modèle dans son coloris Black/Silver d’origine en juin 2015. Hasta la Vista, Baby.

9. Alien : Le Retour – Reebok Alien Stompers

Aliens le retour, 20th Century Fox, 1986

Ah ce film légendaire de 1986 ! Nombre d’entre nous a eu les yeux écarquillés lorsqu’ Ellen Ripley croisait les fers avec la Reine Alien. Mais un détail a, à l’époque, également captivé l’attention des téléspectateurs : les Reebok Alien Strompers ! Aux pieds de la protagoniste, le modèle inventé par la marque américaine est devenu l’un des chouchous des fans du film. Avec sa tige montante et son upper rouge/blanc/gris, ces sneakers ont un look ultra-futuriste ! D’ailleurs, pour le plus grand plaisir des accros de la série, la firme rachetée par adidas a décidé de sortir la fameuse basket en coloris « OG » en 2016 avant de sortir deux rééditions basses, avec des empeignes jaunes et noires, absolument TERRIBLES ! Un véritable hommage au film et un gros cadeau pour les plus afficionados de la saga.

8. Batman 89, Batman le Défi – Batman boots x Nike Air Trainer III

Batman, Warner Bros, 1989

Cette fois-ci c’est deux films sur lesquels nous portons notre attention : les deux Batman de Tim Burton de 1989 et 1992. Et c’est aux pieds de Michael Keaton que ces petites merveilles vont voir le jour.  Enfin plutôt d’une collaboration entre Warner Bros et Nike. En effet, si pour l’opus de 1989, c’est de l’esprit du réalisateur américain que l’édition Batman x Nike Trainer Air III est née, c’est directement Tinker Hatfield qui mettra la Air Jordan VI de 1991 à l’honneur avec une tige « botte » et un Jumpman qui laisse sa place à la chauve-souris. Une fois de plus, l’influence de Nike sur la pop culture saute aux yeux. Bon, pas sûr qu’on puisse l’acheter et la mettre pour aller au bureau demain, mais avouez, elles en jettent !

7. Kill Bill – Onitsuka Tiger Tai Chi (Fuck U)

Le modèle que portait Uma Thurman était unique

Pour ce numéro 7, on aurait pu également mettre en avant Bruce Lee dans Le Jeu de la Mort. Mais on a pensé aux plus jeunes et puis autant faire le doublé ! Si vous n’avez pas vu l’icône des arts martiaux manier le nunchaku, vous avez au moins déjà aperçu des images de Kill Bill sorti en 2003. Et comment passer à côté des Onitsuka Tiger Tai Chi que porte la magnifique Uma Thurman en coupant des têtes ? Avec son empeigne jaune aussi légendaire que le jogging de la même couleur, le modèle est sans aucun doute l’une des stars du long métrage. Petit détail croustillant, la paire portée par l’actrice est marquée d’un magnifique « Fuck U » sur la semelle extérieure. Le message est clair !

6. He got game – Jordan XIII

He Got Game, ouchstone Pictures; 1998

Si vous ne connaissez pas He Got Game et que vous êtes fans de basket-ball, foncez le regarder en streaming – payant bien sûr – ! Ce film est sans aucun doute l’un, si ce n’est le meilleur long métrage sur ce sport. Le petit bijou de Spike Lee – retenez bien ce nom vous n’avez pas fini de l’entendre – sorti en 1998 met en scène Denzel Washington, sorti de prison et fan de paires de baskets vintage, qui essaye de reconquérir l’affection de son fils, joué par Ray Allen et étoile montante du basket-ball. C’est lors d’une scène devenue culte que le père de famille se retrouve en boutique pour acheter les sublimes Air Jordan XIII, bracelet électronique à la cheville. Ce modèle avait fait connaissance avec le public lors de la saison 97-98 de NBA, portées par MJ. Il est toujours dans le cœur des afficionados de la marque puisque Nike a décidé de sortir une version « Air Jordan XIII He Got Game 2018 » conservant le coloris « OG ». Une nouvelle preuve de l’influence du film sur la marque allemande… ou l’inverse, on ne sait plus !

PS : Les deux premiers joueurs contactés pour le rôle du fils étaient Allen Iverson et Kobe Bryant qui ont tous les deux refusé. Le cinéma ce n’est pas pour tout le monde !

5. Space Jam – Air Jordan XI Space Jam

Space Jam, Warner Bros. Family Entertainment, 1996

Bon soyons clairs, à lui tout seul ce film mériterait un article de 30 pages ! On va quand-même essayer d’être concis. Alors déjà, Space Jam n’est pas une merveille d’un point de vue cinégraphique, mais qu’est-ce qu’il a marqué son époque ! Associer les Looney Tunes, ultra populaires dans la street culture des années 90, et le sportif le plus célèbre du monde, ça avait de la gueule ! Mais savez-vous d’où vient cette idée ? Elle est en fait née d’une collaboration entre la Warner Bros et Nike sous la forme d’une publicité pour la Air Jordan en 1992, programmée à la mi-temps du SuperBowl. Le succès fut tellement au rendez-vous qu’elle avait été élue meilleure pub de l’évènement, ce qui donna des idées à David Folk, agent du joueur. Pourquoi ne pas allonger ce succès sous forme de film ? Il n’en fallait pas plus à Warner Bros et Nike pour lancer le projet. Soyons sincère, l’idée de base n’est pas vraiment grandiose. Tellement pas que dans les coulisses du studio, personne n’y croit à l’époque et Joe Pytka, réalisateur des pubs se voit refiler le projet au dernier moment. Après une réalisation catastrophique car compliquée techniquement et un nombre incalculable d’anecdotes (le terrain d’entrainement spécialement conçu pour MJ, les scénaristes qui se refilent la patate chaude, la possible intervention de Spike Lee sur le script, les 400 dessinateurs qui ont travaillé sur les parties animées, etc) le film voit le jour, pour le plus grand bonheur des enfants, mais également des fans de basket-ball. Là encore, le succès est immédiat, que ce soit en recette directe mais également en vente de produits dérivés – les grosses boîtes ne perdent jamais le nord – avec plus de 1.4 milliard de bénéfices. Clairement, ce film était une campagne marketing grandeur nature. Du coup ça tourne très vite au catalogue Nike au fil de l’histoire. De ce côté, la star, c’est clairement la Air Jordan XI Space Jam. Mais les fans avaient déjà pu la découvrir lors des PlayOff de 1995 contre Orlando. Elle avait ensuite été popularisé par le film avant d’être rééditée en 2000 puis en 2009 et en 2016. Mais d’autres modèles ont également leur moment de gloire comme la Nike Air Max Triax ou encore la Air Jordan II portée par Bill Murray.

En tout cas, Space Jam est surement l’un des films les plus influents de l’histoire de la street culture.

4. Forrest Gump – Cortez

Forrest Gump, Paramount Pictures, 1994

« Cours Forrest ! Cours ! ». On a tout déjà crié ça à un(e) de nos potes, tant ce film Robert Zemeckis est devenu un classique ! Pour les retardataires qui n’ont pas vu le film – oui vous avez juste 28 ans de retard – ce film retrace la vie de Forrest, joué par Tom Hanks, un homme autiste à la vie plus remplie que vos estomacs après les fêtes de fin d’année. Mais si le héros est si connu, c’est parce qu’il a une endurance digne de 10 N’Golo Kante réunis ! Et, bien-sûr, c’est là que Nike entre en jeu. Et le choix de la Cortez était comme une évidence. Véritable vedette du passé en athlétisme de la marque allemande, la meilleure amie de Kendrick Lamar avait été envoyée sur le devant de la scène lorsque Steve Prefontaine remportait le 5000m aux jeux panaméricains de Cali. Et, comme toujours avec Nike, la réalisation n’a pas lésiné sur les moyens de mettre la célèbre sneaker en avant. Pour bien nous mettre dans le bain, la première scène du film montre une plume qui tombe sur… Les Cortez de Forrest, le décor est planté. La paire refait son retour au premier plan lorsque l’amie de Forrest lui offre la fameuse basket. Puis viens la scène mythique du périple en courant qui démarre… sur un gros plan des Cortez. De là à associer les capacités hors normes en running du héros aux Cortez, il n’y a qu’un pas… que Nike a franchi !

3. White Men Can’t Jump – Air Command Force

White Men Can’t Jump, 20th Century Fox, 1992

Tremblez, vous rentrez dans le Top 3 de ce classement ! White Men Can’t Jump n’est clairement pas aussi célèbre que le Forrest Gump, mais si vous êtes fans de basket-ball ou de sneakers, vous connaissez surement la réalisation de Ron Shelton. Sorti en 1992, en plein boom de la culture Hip-Hop, l’histoire traite de l’association de Billy Hoyle et Sydney Deane (Woody Harrelson et Wesley Snipes) sur les terrains de street-basket. Ces derniers surprennent, et battant, leurs adversaires par le niveau de Billy. Si vous ne l’avez pas encore vu, n’hésitez pas ! Mais ce qui nous intéresse surtout ici, c’est le nombre HALLUCINANT de sneakers qui passent à l’écran. On vous fait une petite liste, à vous de les retrouver dans le film. Vous avez dit catalogue ?

  • Nike Air Command Force, 1991, popularisée par David Robinson
  • Nike Air Flight Lite, 1991, connue notamment grâce à Gerald Wilkins et Scottie Pippen
  • Air Jordan VI « Blanc/Marron » version bébé, 1991, LA chaussure du premier titre en NBA de MJ avec les Bulls
  • Air Jordan VI « Noir / Infrarouge », 1991, rééditée en 2000, 2010 et 2014
  • LA Gear Catapult, 1991, la mémorable basket de Karl Malone, retiré de la vente après un procès de Nike
  • Air Jordan V « Fire Red », 1990, conçue par Tinker Hatfield
  • Artillerie adidas, 1991, réputée pour son « Torsion support system » et sa coupe fine
  • Nike Air Ultra Force Mid, 1990, véritable icone de la rue pendant les 90’s
  • ADIDAS Basketball Mid, 1990
  • Nike Air Solo Flight ’90, 1989, pas de bulle d’air mais un véritable classique des parquets de NBA
  • Nike Air Force V Low, 1990
  • Converse Pro Conquête, 1991, potée par les meilleurs : Bird, Magic, MJ
  • Reebok Pump Omni Zone, 1990, aux pieds du vainqueur du Slam Dunk 1991, Dee Brown

2. Retour vers le futur 2 – Air Mag

Retour vers le Futur, Amblin Entertainment, 1985

L’histoire entre Nike et Retour vers le Futur 2 reflète à merveille tout ce que Tinker Hatfield a apporté à la marque américaine. Quatre ans après le premier opus, Robert Zemeckis réalise le deuxième épisode de l’une des sagas les plus célèbres de l’histoire du cinéma. Mais si les péripéties de Marty et de Doc resteront dans les mémoires, une scène en particulier met en émois toute la communauté des sneakerheads, mais pas que ! En plein voyage en 2015, le jeune héros met la main sur une paire de Nike Air Flag. Une fois son pied dedans, la fameuse basket se lasse toute seule et de multiples lumières s’allument sur la sneaker. Les téléspectateurs sont fans, et les fantasmes autour de ce modèle se multiplient. Véritablement futuristes, les Air Mag vont sortir de l’écran grâce à l’ambition du mythique designer. Après la sortie d’une réplique ne reprenant cependant pas la technologie tant désirée, c’est finalement en 2015 – coïncidence ou marketing, on vous laisse le choix – que Nike va sortir sa première paire auto-laçante. Et la communication autour de cette sortie est une nouvelle fois parfaite. C’est à travers une vidéo de l’acteur Michael J. Fox (Marty), touché par la maladie de Parkinson, en train d’essayer la fameuse paire du film culte. Bon, Hatfield voulait démocratiser ce modèle et le rendre disponible pour les personnes handicapées. Il est effectivement disponible… par enchère. Finalement nous ne sommes pas tant dans le futur que ça, toujours pas de trace de skateboard volant en vue !

1. Do The Right Thing – Jordan IV (la Spizike)

Do the Right Thing, 40 Acres & A Mule Filmworks, 1989

Voici enfin le numéro un de ce classement, le champion ! Et pour savoir qui porterait la couronne, nous n’avons pas hésité une seule seconde, Do the Right Thing de Spike Lee – encore lui – se devait de figurer tout en haut, et cela pour plusieurs raisons. Pour commencer, une mise en situation s’impose. 1989, la culture Hip Hop inonde les rues américaines, et particulièrement Brooklyn, où les revendications identitaires rythment le quotidien. Et Spike Lee ne va pas se gêner pour donner à son film une vision autant culturelle que sociale. Il faut bien comprendre que cette œuvre a été déterminante dans la street culture de l’époque.

Ce film était le premier à mettre au premier plan la sneaker. Do the Right Thing est le reflet de la culture urbaine des années 80 et une scène résume à elle seule toute l’essence de la pellicule. On peut y apercevoir Giancarlo Esposito – Gustavo Fring dans Breaking Bad – alias Buggin’ Out, Air Jordan IV aux pieds, se faire bousculer et marcher dessus par un cycliste portant un T-shirt du Celtic floqué « Bird ». Un coup d’œil immédiat sur ses sneakers pour découvrir la trace laissée par l’individu sur l’empeigne et le protagoniste file à la poursuite de l’inconscient ! S’en suis un discussion devenue culte à l’allure d’opposition culturelle. Une Air Jordan IV a même été sorti, avec la trace, en référence au film. Alors certes cette scène est hilarante – concentrez vous sur Martin Lawrence, effet garanti – mais elle est aussi plaine de symbole. Même Spike Lee est supporter des New York Knicks, ennemis des Bulls de MJ, c’est bien des Air Jordan que porte le héros, puisque le numéro 23 était reconnu comme l’icone de la population afro. Le cycliste, lui, porte un jersey de Larry Bird, symbole de l’équipe « blanche ». Le réalisateur américain joue, caricature les conflits culturels jusqu’à l’extrême.

Mais cette scène est également la promotion d’une culture de la sneaker qui se développe de plus en plus. Vous qui êtes fans de votre dernière Nike ou adidas, vous vous reconnaitrez forcément dans la rage de Buggin’ Out à la vue de sa nouvelle paire souillée. On le voit d’ailleurs essayer de nettoyer cet affront avec une brosse à dent, plus tard dans le film. Le terme de sneakerhead prend alors un sens de l’autre côté de l’Atlantique. Cantonné à copier les pochettes de vinyles pour trouver son style Hip Hop, ce film est également pour les européens une véritable bible de la street culture américaine. Surtout côté sneakers où Air Jordan IV White/ Cement, Air Trainer III, Air Revolution White/ Red, Greco Supreme, Air Play, Cortez et Air Force II habillent les différents protagonistes.

Si les sneakers sont aujourd’hui monnaie courante dans la rue ainsi que dans les films, les longs métrages présentés dans cet article sont loin d’y être étrangers. La popularisation des baskets lifestyle est passé avant tout par le grand écran. Et tendance ne tend pas à diminuer ! Nous, ça nous va !

Partager cet article

Pas de commentaires.

Laissez votre commentaire?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *