Les origines de la tendance déstructurée qui règne sur la sneakers

Tendance 2018 – 2019 même combat ? Si de nombreuses modes ont rythmé l’année en cours, la tendance déstructurée rafle absolument tout sur son passage depuis 2 ans. Mais si Virgil Abloh semblait être l’investigateur de ce mouvement, la basket déconstruite n’en est pas à ses débuts, loin de là. On vous explique tout !

Tendance déstructurée, reine de l’année 2019

Si vous suivez un peu l’actualité de la sneakers, vous n’avez pas pu le rater, les baskets les plus légendaires vivent actuellement une nouvelle vie ! Rééditions, collaborations, les paires les plus vintages font leur retour sur le devant de la scène… mais pas forcément en un seul morceau ! Car si la nostalgie fait souvent vendre, les marques ne comptent pas se reposer sur leurs acquis. Et à l’heure où la basket se veut de plus en plus originale et unique, les équipementiers les plus célèbres, accompagnés d’artistes et de designers jouent et déconstruisent leurs modèles légendaires pour leur donner un charme supplémentaire.

Si Virgil Abloh semble aujourd’hui le roi de la discipline, la basket déstructurée n’a pas attendu les velléités du créateur de Off-White pour faire rêver les sneakersaddicts. De Peter Tillessen à Sacai en passant par Tom Sachs, la création n’a jamais eu de limites. Et surtout, elle a pris différentes formes au cours des années. Suivez-nous, on vous montre tout ça !

Peter Tillessen, le précurseur de la sneakers retournée

On ne cesse de le dire, la basket est une œuvre d’art. Et comme l’art a toujours été quelque chose de subjectif, certaines créations ne plaisent pas à tout le monde, loin de là ! Les réalisations du photographe Peter Tillessen autour de la basket en font clairement partie. Attelé à donner une seconde vie à d’ancien modèles de pratique sportive, l’artiste a pris le parti de représenter la sneakers… à l’envers ! Coutures apparentes, languette inversée, doublure mise en exergue… Certes, niveau praticité et esthétisme, on est assez loin d’une paire commercialisable. Mais après tout, il restera comme l’un des premiers à s’être aventuré de ce côté de la Force. Il aura par ailleurs inspiré de nombreuses marques comme Reebok avec sa collaboration avec Garbstore ou encore des acteurs de la mode comme Elisa Van Joolen. Merci Peter !

Tom Sachs et la Mars Yard, l’obsolescence recherchée

Tom Sachs et Nike, c’est clairement l’une des histoires d’amour les plus onéreuses de l’histoire de la sneakers. Pour valider ça, il suffit de faire un petit tour sur le marché du resel où l’artiste plasticien place au moins 3 paires (Mars Yard, Mars Yars 2.0, Mars Yard OverShoe) à plus de 2000€. Pourquoi un tel plébiscite ? Tout simplement parce que le New Yorkais et ses paires sont de véritables OVNI. Passionné voir obnubilé par l’astronomie, Tom Sachs s’est démarqué en proposant des paires pensées pour les astronautes mais surtout des modèles à la durée de vie très limitée. C’est le cas de sa collaboration avec Nike sur une « Mars Yard » en 2012 où sa paire à l’effet prototype se pare de matières transparentes censées traduire le vécu de la paire. Si vous ne la croiserez surement pas dans la rue, Tom Sachs a clairement poussé le délire très très loin !

Maison Margiela, la recyclage version luxe

Quand on pense déconstruction d’une sneakers, on a tendance à imaginer les éléments qui la composent se mélanger pour donner vie à une version totalement nouvelle. Mais la tendance prend également une autre forme, celle de l’assemblage. En effet, de nombreuses marques ont plongé dans la mode de la réutilisation de modèles ou de tissu dans le but de revisiter une basket. Si vous n’avez rien compris à cette phrase, Maison Margiela est là pour servir d’exemple. Réutilisant des chutes de tissus issus de vêtements d’anciennes collections ou de sneakers usées, la marque de luxe a sortie en 2015 un exemple de recyclage à l’heure où la question écologique est plus que jamais au cœur des préoccupations internationales. De quoi inspirer les plus grandes marques puisque Nike et ATMOS ont récemment collaboré sur une Air Max2 Light composée d’anciens survêtements de la marque au Swoosh.

NikeLab x Acronym, la genèse de la superposition

Certains designers comme Alexander Wang sont des fans inconditionnels de la simplicité et de la sobriété, et certains… non. C’est globalement le cas d’Acronym, plutôt très enclin à effectuer un travail énorme sur les modèles Nike qu’il revisite. De la Vapormax à la Presto Mid, c’est un euphémisme de dire que le trop n’est pas l’ennemi de la marque allemande. La collaboration de 2015 sur la Lunar Force 1 en est le parfait exemple. Swoosh partiellement cousu et recouvert d’un matériaux plastique englobant l’arrière de la basket. Lacets associés à un zipper attaché sur le côté de l’upper, semelle retravaillée… Vous l’aurez compris, cette collab amoncelle les détails et les éléments. Une tendance qui s’est largement prolongée par la suite, surtout chez le leader de la basket. Ainsi, la Air Force 1 « Just Do It » qui aura fait un carton à sa sortie, l’arrivée de la gamme Nike « The Ten » en collaboration avec Off-White et surtout la sortie de la Nike Waffle Sacai, auront fait de cette tendance un véritable standard de la sneakers.

Nike Air Force 1 Shadow, la version Chausport

Vous n’avez pas pu la rater, la Nike Air Force 1 Shadow est absolument partout ! Et là encore, la dernière création de Nike est une sorte de version finale de ce qui a fait la basket déstructurée sur les 10 dernières années. Si le but n’était pas d’intégrer dans un seul modèle toute l’histoire de la tendance, la Shadow semble refléter à merveille l’esprit caché derrière. Basé sur un modèle historique rendu unique par la réappropriation de ses éléments caractéristiques, multiplication des éléments de branding, sortant des standards par son côté anarchiste… La Air Force 1 Shadow est surement l’une des baskets de l’année !

Adame
AuteurAdame
Pour moi, passionné par la basket et son incroyable univers fait d'anecdotes, de collaborations et d'innovations, partager l'actualité de la sneaker est devenu un véritable plaisir. Si la Nike Air force 1 et la Asics Gel Lyte III ont conquis mon cœur, chaque modèle a son histoire sur laquelle j'adore échanger avec vous.

Laisser un commentaire