Indiquez votre adresse e-mail et soyez au courant des dernières tendances, des réductions et des conseils pour rester au top !

Inscrivez vous à la newsletter pour être au courant des dernières tendances.

Quand les baskets deviennent éco-responsables

Posted on 130

On le sait tous, l’impact de l’homme sur la planète est plus que jamais au centre des attentions.  De grandes entreprises aux tutos recyclage de youtubeurs amateurs, les bonnes résolutions fleurissent de toute part. Et le monde de la basket ne fait pas exception. Recyclable, biodégradable, la sneaker est entrain de devenir, sous l’élan de certaines marques, éco-responsable. De véritables héroïnes du quotidien!

 

La Deerupt à la rescousse des océans

Vous ne l’avez surement pas manqué, la Deerupt est LE produit phare de ce début d’année chez adidas. Avec sa silhouette résolument futuriste, ce nouveau modèle a déjà conquis de nombreux aficionados de la basket et trône en tête de vitrine de la plupart des retailers. Mais mieux que de profiter de ce succès sans conteste, la marque aux trois bandes a décidé de s’engager dans la sauvegarde des océans. Et pour cela, il était difficile de trouver meilleur partenaire que Parley, un mouvement de protection de nos grands espaces marins qui laisse la parole à des artistes et marques du monde entier. L’objectif de cette collaboration ? Récupérer le plastique jeté sur les plages et les recycler pour produire l’upper de la Deerupt. En plus de nettoyer les étendues de sables de leurs déchets, adidas permet, ainsi, d’éviter les rejets de plastiques d’une production classique, soit environ 11 bouteilles. Toujours aussi attaché à sa haute performance, c’est chez Speedfactory USA que la firme allemande produira ce petit bijou technologique grâce à une imprimante 3D. Deux coloris seront disponibles, le « Core Black » et le « FTWR White », de quoi acheter une des baskets les plus coté du moment en aillant la conscience tranquille !

 

 

Gumshoe, l’héroïne des rues d’Amsterdam

Il nous est tous déjà arrivé de marcher sur un chewing-gum dans la rue et de voir sa dernière paire de sneaker souillée par le malabar – on n’oublie pas la tendance vintage –  d’un inconnu. Pour éviter cet inconvénient à ses habitants, et pour lutter contre la pollution urbaine, la ville d’Amsterdam a eu l’idée géniale de réutiliser ces déchets – qui mettent environ 20 ans à disparaître – pour fabriquer… des semelles. Mais pas n’importe lesquelles, celles de la « Gumshoe », fabriquée à partir d’1kg de gomme. Voulue par l’agence de marketing de la célèbre capitale pour faire passer un message environnemental, cette paire fait déjà beaucoup parler d’elle. Et la shape est loin d’être ridicule ! Pour la réaliser, la ville s’est associée à l’agence de design Explicit Wear et Gumdrop, spécialiste du recyclage. Si la paire n’est pas sans rappeler la Stan Smith, l’icône d’adidas aux 10 anecdotes, la Gumshoe se démarque assez facilement par sa couleur rose très marqué. L’upper, lui, est fait de cuir lisse. Disponible à partir de juin 2018, il faudra malgré tout sortir les billets puisqu’elle se vendront à 190€. N’oubliez pas que c’est pour la bonne cause !

La semelle de la Gumshoe est composée de 20% de bonbon à macher

 

Super Ector, le héros Frenchie

CO-CO-RI-CO ! Vous ne la connaissez surement pas, mais la PME « Ector », située dans la Drôme, produit la première paire de sneaker éco-tricotée ET Made in France. Conscient des urgences environnementales qui sont en jeu, Patrick Mainguené a conçu un design limitant l’impact sur la nature. Ainsi, de vieux textiles et des bouteilles sont recyclés en fil et ensuite tricotés, selon un savoir-faire stéphanois, pour obtenir une empeigne d’une légèreté – à l’image d’une Air Max 270 – et d’un confort ultra qualitatif. Mais plus encore, Ector est recyclable, et permet donc la création des futures générations de baskets. Un cercle vertueux qui a permis à la société française de trouver de nombreux adeptes puisque les différents modèles sont disponibles à travers 30 boutiques dans l’Hexagone.

 

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » Antoine Lavoisier

 

Et si les baskets devenaient les Wonder Women du recyclage ?

 

 

No tags

Partager cet article

Pas de commentaires.

Laissez votre commentaire?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *