Supreme, le pêché mignon du sneakersaddict

Que vous soyez des fous de streetwear ou juste des curieux de la culture sportswear, vous avez forcément déjà entendu parler de la marque de skateboard Supreme. Si ce n’est pas le cas, ne vous précipitez pas sur la boutique web – vous seriez choqué par les prix au-delà du raisonnable – si vous ne tombez pas que sur des produits « sold-out ». Car Supreme est aujoud’hui l’un des leaders d’un marché qui fluctue selon ses désirs. Tout cela est toujours un peu flou pour vous ? Nous allons vous expliquer comment la petite boite new-yorkaise a su, en a peine 25 ans, créer une nouvelle façon de consommer chez les sneakersaddict.

 

Supreme, une histoire de planche à roulette

 

Pour trouver des traces de la création de Supreme pas la peine de remonter au début du siècle précédent, à l’image de Converse, ni même à l’après-guerre comme adidas. Non, c’est seulement en 1994, il y a 24 ans donc, que James Jebbia, un expatrié anglais, va poser la première brique de l’empire que l’on connait aujourd’hui. Pas forcément pratiquant de skateboard, le jeune entrepreneur a, avant tout, un très (très) bon flair. En plein essor de la culture punk rock « no future » et du streetwear, la pratique urbaine du skate s’est doucement fait une place dans le paysage de la grande pomme. Et l’ingénieur a su donner à ce nouveau public ce qu’il recherchait : une marque de skate qui véhiculait l’esprit NY. En effet, en récupérant le code graphique de l’artiste new-yorkaise Barbara Kruger pour en faire son logo, l’ingénieur a su convaincre ce public exigent de devenir, en quelques sortes, des ambassadeurs de Supreme. Très vite la marque va envahir le monde professionnel et voir sa cote popularité s’étendre au monde entier.

 

Supreme, marque préférée des VIP

 

On le sait, pour toucher le monde entier, rien de mieux que d’être représenté devant les médias par des célébrités ou encore des influenceurs. Ce concept, James Jebbia le maîtrise à la perfection ! Se prendre la tête pour des campagnes publicitaires très élaborées ? Très peu pour lui : une célébrité, un Box Logo Tee – un simple t-shirt avec le logo Supreme, l’item phare de la marque – et le tour est joué. Une simplicité qui frôle le génie, surtout quand Neil Young, Kate Moss, Lady Gaga, Mike Tyson et autre Lou Reed ont donné leur image pour ces spots.  Mais n’imaginez pas que nos peoples préférés allaient attendre de signer avec Supreme pour en porter les vêtements ! Victoria Beckham, Hailey Baldwin, Jared Smith, Kanye West, A$AP Rocky, Drake, Rihanna… la liste des amateurs de la marque est très très très longue, et pour tout ça, Jebbia ne dépense pas 1ct. Que demander de plus ?

 

Supreme, le marketing de la rareté

 

source : trends.fr

Bien-sûr, cette popularité, que ce soit chez les amateurs de mode streetwear ou les célébrités, n’est pas tombée du ciel. Dans une société où le marché du lifestyle est inondé par les marques, les sorties, les nouveautés, Supreme a su lancer une nouvelle façon de consommer. Tout part d’un crédo parfaitement expliqué par le créateur anglais : « Si je sais que je peux vendre 600 pièces, je vais en fabriquer 400 ». Ça a le mérite d’être clair ! Si cette stratégie semblait au début être avant tout une sécurité, elle est vite devenue l’essence même de la marque. Avoir du Supreme est aujourd’hui un véritable parcours du combattant. Si la politique de prix, largement inspirée du monde de la mode, est une part non négligeable de la marque, la rareté de ses produits en est sûrement la quintessence . N’espérez pas acheter des produits Supreme au magasin du coin de votre rue, seules les boutiques de la marque ont le droit d’en vendre, et elles sont au nombre de…. 10 à travers le monde, dont une présente au Marais à Paris depuis 2016. Si malgré tout ça votre motivation est toujours intacte, vous allez encore devoir remonter vos manches. Se déplacer en boutique ne suffit pas ! Il vous faudra vous rendre le lundi – tous les drops ont lieu le jeudi – à un rendez-vous tenu secret, où on vous remettra un numéro qui vous permettra PEUT-ÊTRE d’être tiré au sort le jeudi, et d’avoir la possibilité d’acheter un item.Un principe de qui se rapproche de plus en plus de celui de la raffle

Du coup, un véritable marché annexe s’est créé afin de permettre à chacun, moyennant de coquettes sommes, de se procurer du Supreme. Ce marché est celui du resell, très répandu dans l’univers de la sneakers. Le principe est simple, les plus chanceux revendent une partie de leurs acquisitions à des prix allant parfois jusqu’au quadruple. Quand on sait qu’un Box Logo Hoodie grimpe généralement dans les 300€, on vous laisse imaginer les montants qui circulent. Si ce marché parallèle n’est plus géré par Supreme, il contribue très fortement à la réputation de la marque, accentuant son côté inaccessible et rare.

 

Supreme, roi des collaborations sneakers

Bien-sûr, si les véritables sneakers addict donnent une énorme importance aux « sappes », le nerf de la guerre reste la basket. Et sur ce point, l’expérience de Supreme est plus que riche ! Du coup, vu que vous aimez bien les tops, voici notre classement des 5 plus belles collaborations entre la marque américaine et les géants de la sneakers.

 

5- Supreme x Vans Old Skool (1996)

Marque de skate oblige, le choix de Vans était plus qu’évident, surtout après à peine deux ans d’existence. Pour la paire élue, pas de surprise non plus puisque c’est la très classique et très populaire Old Skool qui jouera le rôle principal. Bon, clairement, on sentait qu’à l’époque Supreme n’avait pas encore toute l’assurance qui la caractérise aujourd’hui, et la simplicité est le grand mot de cette collab. Mais cette basket restera dans l’histoire comme LE premier pas de Supreme dans le monde de la sneakers. Et rien que pour ça, elle mérite sa 5ème place !

 

4- Supreme x Nike Air Force 1 High (2014)

Après s’être ouvert à des marques à la cible plus large, c’est en 2002 que Supreme commence son aventure avec la firme au Swoosh. Et puisque Nike s’est spécialisé dans la revisite de ses grands classiques, la Air Force 1 High, la basket la plus populaire de New York, a eu le droit à son petit relooking Supreme, et sa bande de cheville flockée « World Famous ». Une véritable chance pour la paire dont nous vous révélions tous les secrets.

 

3- Supreme x Nike Flyknit Lunar 1+ (2013)

Contrairement à la numéro 4 de notre classement, la Lunar Flyknit 1+ n’est pas l’un des best-sellers de l’entreprise de l’Oregon. Pourtant, c’est bien sur ce modèle que Supreme a sûrement effectué son travail le plus compliqué. Prenant à contre-pied les tendances colorées de l’année 2013, Supreme et Nike ont sorti une paire presque entièrement noire, où la mention « Supreme » s’est vu cousue directement sur le Flyknit. Une véritable prouesse pour un résultat reconnu par tous !

2- Supreme x Nike Foamposite 1 (2014)

Si elle n’est pas forcément très courante dans les rues européennes, La Foamposite est une véritable star de l’autre côté du Pacifique. Alors lorsque Supreme et Nike ont annoncé la sortie de cette superbe et plus qu’extravagante collaboration, l’accueil a été une véritable folie. A tel point que la police – rien que ça – a dû annuler sa sortie par mesure de sécurité. Une chose est sûre, nous on l’adore !

 

1- Supreme x Nike Air More Uptempo (2017)

SI vous ne la connaissez pas, un coup d’œil et vous ne l’oublierez jamais ! La Air More Uptempo est une véritable brique, un parpaing comme on les aime. La basket popularisée par Scottie Pippen est tout simplement d’une conception grandiose. Et le travail effectué sur cette collaboration l’a sublimé ! En plus de ce rouge typique de la marque de skateboard, les 6 lettres de son logo viennent rythmer une semelle intermédiaire toujours aussi impressionnante. Cette basket est d’ailleurs cotée au resell à 1000€ environ. Impressionnant non ?

Adame
AuteurAdame
Pour moi, passionné par la basket et son incroyable univers fait d'anecdotes, de collaborations et d'innovations, partager l'actualité de la sneaker est devenu un véritable plaisir. Si la Nike Air force 1 et la Asics Gel Lyte III ont conquis mon cœur, chaque modèle a son histoire sur laquelle j'adore échanger avec vous.

Laisser un commentaire